Préparation mentale pour le sport : Comment être le meilleur le jour J

Vous attendez cela depuis longtemps, après de longues semaines de préparation ou êtes tout simplement habitué à enchaîner ces matchs ou compétitions importants chaque week-end ? Qu’importe votre sport, votre niveau actuel et votre habitude à ce sujet, il existe plusieurs façons de se préparer en bonne et due forme. Cela commence bien entendu bien avant le jour de la compétition avec les entraînements et le conditionnement, mais à 24 heures de l’échéance, certaines astuces peuvent toutefois vous permettre de franchir ce palier ou de faire la différence sur le terrain. 

Entre sommeil, alimentation et échauffement précis, comment se préparer lors des 24 heures précédant la compétition ou le match en question ?

Le sommeil est la clé 

Une bonne nuit de sommeil est toujours revigorante ! C’est bel et bien le cas chez le commun des mortels, mais tous les sportifs le savent : avant une compétition, le sommeil est souvent très léger et loin d’être optimal. Ce n’est absolument pas inquiétant pour autant, car selon certaines études autour de sportifs de très haut niveau suivis pour les derniers Jeux Olympiques de Tokyo (disputés en 2021), le plus important serait le sommeil emmagasiné en amont des compétitions et non pas forcément la nuit précédant le jour J.

Bien entendu, un repos de quelques heures est nécessaire et l’idée d’une nuit blanche serait très malvenue, mais pour autant, il ne faut pas paniquer en cas de nuit plus courte qu’à l’accoutumée. Le corps et le cerveau sont prêts à cet instant et réclament la compétition !

AUSSI LIRE :  Comment bien choisir un rameur !

Il faut donc garder en tête que le sommeil est prépondérant de manière systématique, en période de compétition ou non. Le corps et le cerveau ne peuvent se reposer qu’en cas de nuits continues et complètes, plusieurs jours consécutifs. Alors plus qu’une nuit agitée à cause de la tension de veille de compétition, il faut réellement s’inquiéter du manque de sommeil global.

L’avant compétition 

Que vous attaquiez une compétition d’athlétisme tôt dans la journée ou un match de handball à 21h00, il sera nécessaire de toujours adapter votre emploi du temps en fonction de l’heure de la compétition et bien sûr, de l’éventuel trajet jusque là.

Une fois le réveil effectué, respectez les horaires dont vous avez l’habitude ou dont vous savez qu’elles sont les meilleures et plus adaptées pour votre corps lorsqu’il s’agit du réveil musculaire, de la prise des repas ou de toutes les autres actions dont vous avez besoin pour réellement entrer dans votre match.

Le travail de concentration doit commencer des heures avant l’échéance et non une fois le départ donné, voire l’échauffement commencé. À l’instar des joueurs de poker qui usent de stratagèmes en toutes sortes pour augmenter leur concentration et intrinsèquement, leur performance, chaque sportif se devrait d’installer une routine lui permettant de se concentrer sur lui, ses performances et sur ce qu’il doit faire pour gagner, en équipe ou seul.

Au fil de l’expérience acquise, certains sportifs associent cet instant à d’autres ! Cela peut avoir lieu au moment de préparer ses affaires en écrivant par exemple dans un cahier, au moment de son réveil musculaire ou tout simplement, dans le vestiaire, musique sur les oreilles.

AUSSI LIRE :  Comment réparer un vélo électrique qui est en panne ?

L’alimentation est le carburant du sportif 

C’est un secret de polichinelle depuis toujours, mais la malbouffe complexe à digérer n’a jamais fait bon ménage avec la performance avant une compétition. S’il est bien sûr évident de se faire plaisir une fois cette dernière terminée, il est important de respecter les fondamentaux en matière d’alimentation et surtout, de prendre des habitudes en fonction de ses besoins. 

Les pâtes restent le classique de tous les sportifs quelques heures avant le début de l’échauffement. Attention toutefois à privilégier les complètes (elles se digèrent mieux) et à respecter une cuisson al dente afin que la teneur reste en sucres lents et non rapides.

Les autres habitudes se doivent d’être gérées par les sportifs et leurs habitudes, tout en faisant le compromis entre plaisir et efficacité nutritive.

Laisser un commentaire